Boulots noirs

Partager ces instants où le regard sort des sentiers battus…

Archive pour la journée du 21 décembre 2005

Mes anges

BANG!
Un grand bruit à la fenêtre, qui fait sursauter au sortir du lit. Un oiseau, un chardonneret, figé sur une marche de l’escalier…

Chardonneret mort

Jour et nuit, ces grandes fenêtres laissent entrer la vie extérieure: les formes et les couleurs des plantes, les animaux qui passent, le ballet des oiseaux, leur chant aussi, quand on les ouvre sur le temps doux. Mais, parfois, elles tuent un oiseau. Un chardonneret, un bruant, un junco, une gélinotte même! Mais je ne me souviens pas qu’une mésange, une sitelle ou un colibri se soit ainsi mépris entre verre et vide. Certains oiseaux auraient-ils une moins bonne vision, ou serait-ce la précision de leur vol qui épargnerait les autres?

Mésanges à tête noire

De tous nos visiteurs ailés, la mésange est à coup sûr ma préférée. Compagne curieuse de nos ballades en forêt et glaneuse infatigable de nos postes d’alimentation, la précision de son vol et sa capacité à profiter de la moindre aspérité pour se percher m’émerveilleront toujours. Et tenace avec ça! J’en ai déjà vu une, toute ébouriffée, s’affairant à tirer des graines de tournesol de cette mangeoire, alors que le vent d’une tempête hivernale était si violent que le cylindre métallique fouettait l’air à l’horizontale. Elle fit plusieurs allers et retours entre la mangeoire et la forêt proche, zigzagant élégamment comme si la bourrasque eut été une brise printanière!

1 commentaire