Boulots noirs

Partager ces instants où le regard sort des sentiers battus…

Archive pour le mois avril 2006

Visa le noir, tua le blanc

Vautour et sillage d’avion

Concurrence déloyale…

1 commentaire

Nature morte

Depuis quelques années, nous pratiquons le compostage domestique. Les résultats sont étonnants: plusieurs « brouettées » de compost réalisées à chaque année, un terrain en état de revitalisation constante et une réduction spectaculaire de nos déchets. Tout ça, avec un minimum d’efforts et zéro inconvénients. Peut-on demander mieux?

Andain de compostage

Notre méthode est très simple: nous utilisons la technique de compostage en andains, en bordure du sous-bois. Quelques grosses épinettes, fournissent l’ombre et l’abri contre les grosses pluies. « Et les mauvaises odeurs? » demanderont certains. Aucune jusqu’à maintenant! Un minimum d’attention au contenu et le bon choix d’emplacement semble être la combinaison gagnante.

Depuis deux ans, nous pratiquons le compostage toute l’année durant. Auparavant, nous arrêtions cette pratique durant les mois d’hiver, mais un premier essai, l’hiver dernier, à bien montré qu’il n’y avait aucune raison de faire une pause à cause de la neige et du froid. Des informations obtenues récemment sur le site du Conseil canadien du compostage montrent que notre intuition était la bonne.

Logo Plant a row

Vous cultivez la terre ou faites un jardin? Le mouvement « Un rang pour ceux qui ont faim » saura sûrement vous intéresser. Un petit coup de pouce… vert!

Aucun commentaire

Hiérarchie de mes fesses.

« Le mépris de l’inférieur est un grand principe d’émulation et le fondement de la hiérarchie. »

-Anatole France, Le mannequin d’osier (1897)

La hiérarchie est une drôle de chose, ne trouvez-vous pas? Entretenu par ceux qui en profitent, toléré comme un phénomène naturel par ceux qui en font les frais, ce concept vieux comme l’envie se porte toujours à merveille. L’origine grecque de ce mot, qui signifie « ordre établi par les prêtres », montre déjà la volonté de domination qui guide le concept.

Ombres de chaises

Curieusement, un objet en apparence aussi banal qu’une chaise, peut s’avérer un symbole hiérarchique éloquent, puisqu’elle fut longtemps un privilège réservé aux personnes de haut rang, le peuple se contentant de poser ses fesses sur un coffre, un tabouret ou un banc. Il faudra attendre la Renaissance pour la voir entrer dans les résidences des gens aisés et jusqu’au XVIIIe siècle pour qu’elle devienne un meuble populaire.

Le simple fait de se lever ou d’inviter la personne qu’on rencontre à s’asseoir, n’est donc pas toujours un geste aussi innocent qu’on pourrait le croire…

Aucun commentaire

Dégel

Un surplus de travail et de petits ennuis de santé m’ont tenu éloigné de la caméra depuis quelque temps. Cette semaine, je n’ai pas pu résister plus longtemps et je suis sorti faire quelques images. Aussitôt que j’ai eu mis le nez dehors, le printemps m’est entré par les yeux, le nez et les oreilles. Je sentais un grand débordement d’énergie créatrice partout autour de moi.

Rivière aux pommes

J’adore les gammes de gris, de bruns et de blancs qui caractérisent le début du printemps. Très vite ils disparaîtront sous les verts tendres et les premières touches claires des bourgeons qui feront chanter le paysage…

Herbes séches et sol enneigé

Pendant cette promenade, j’ai vu et entendu des centaines d’oiseaux. J’aurais voulu être mieux outillé pour capturer le vol excité des merles qui filaient sous mon nez, traversant en rase-motte la petite bétulais où je marchais, ou celui, calme et puissant, de ces belles bernaches, décollant d’un champ encore presque entièrement recouvert de neige.

Merle en volMerle en vol 2Envol de bernaches

1 commentaire