Boulots noirs

Partager ces instants où le regard sort des sentiers battus…

Archive pour la catégorie 'Environnement'

Tempête (bis)

Nuit de tempête

Cette nuit-là, je me suis couché inquiet; les rafales atteignirent 130 km/heure.

Atelier sous la neige

Le lendemain, le soleil était revenu, et mon atelier était confortablement emmitouflé de neige. Il y a déjà un bon moment que j’ai renoncé à pelleter un chemin pour m’y rendre; battre une piste de raquette est beaucoup plus efficace… et agréable!

Aucun commentaire

Tempête du 400e

Tempête de neige,vue par la fenêtre

Neuvième tempête de neige importante qui s’abat sur la région de Québec cette saison; on s’en souviendra sans doute comme étant la tempête « spécial 400e anniversaire de Québec », le total des précipitations ayant atteint aujourd’hui les 400 cm… et ça continue!

Une autre dépression importante arrive dans les jours prochains; nous sommes peut-être à la veille de battre le record (458 cm) établi durant l’hiver 1965-66…

Aucun commentaire

Le printemps?

Glaçons

Le 7 janvier, je faisais des photos printanières; aujourd’hui, 10 avril, je fais des photos hivernales…

Aucun commentaire

L’hiver?

Remise agricole dans le brouillard

Curieux paysage dans un drôle d’hiver. Au Québec, nous n’avons pas l’habitude de pareils brouillards au mois de janvier. Ici, le début de l’hiver était habituellement froid et sec, et l’accumulation de neige suffisante pour la pratique du ski et de la raquette. Effets du réchauffement de la planète? C’est plus que possible. L’hiver dernier nous avons connu l’hiver le plus chaud de mémoire de statisticien; l’année 2007 semble vouloir nous surprendre encore plus…

2 commentaires

Vents violents

Pour moi, 2006 aura été l’année des arbres déracinés par le vent.

En août dernier, en route pour aller pagayer dans la Baie Georgienne, j’ai vu des dizaines de grands arbres déracinés par le vent le long de la rivière Mattawa. Certains secteurs de la ville de Mattawa ont d’ailleurs été durement touchés et le parc Samuel de Champlain, situé non loin de là, a même dû fermer ses barrières pendant plusieurs jours pour réparer les plus gros dégâts.

Un peu partout durant notre séjour à la Baie Georgienne j’ai vu des centaines d’arbres couchés au sol par les fureurs d’Éole, et je remarque de plus en plus d’arbres déracinés lors de mes déplacements sur les routes et en forêt.

Arbre déraciné

Le 15 décembre dernier, un cyclone extra-tropical a défiguré le parc Stanley en Colombie-Britanique. « Les cicatrices de cette catastrophe seront encore visibles dans 30 ou 40 ans » déclarait cette semaine le directeur du troisième plus grand parc urbain d’Amérique du Nord.

Le 7 mars dernier, en faisant le portrait d’un grand orme de ma région (voir « Le bel arbre ») je n’imaginais pas que ces clichés seraient les derniers que je ferais de ce magnifique géant. À ma grande surprise (un orme déraciné est un fait rare) le géant a été vaincu par les grands vents au début du mois d’août; ce coin de paysage est devenu d’une banalité désolante!

Fantôme du grand orme

Dans la vallée laurentienne, religieusement, on a respecté les grands ormes qui règnent sur les grands champs. Et ils sont merveilleux à voir du sommet des collines, promener au rythme lent du soleil, sur le feutre vert des prés, sur le tapis fauve des champs moissonnés, de grands disques d’ombre, rousselés par le pelage des vaches à la sieste. Et quels superbes pied-à-terre ils offrent, les beaux ormes, pour reposer un instant les oiseaux pèlerins ! Semés dans la plaine parmi les clochers des églises, ne sont-ils pas eux aussi, des cathédrales d’autre sorte, ajourées pour la prière menue du peuple des oiseaux ?…

(Extrait de: « La chanson des ormes », Marie-Victorin, Croquis Laurentiens, Paris & Tournai, Casterman, 1920)

Aucun commentaire

Devenir marin virtuel

Vous aimeriez être à bord du Sedna IV, actuellement en mission en Antactique? Vous pouvez presque le faire, en vous rendant sur le site de Mission Antarctique et en vous inscrivant pour devenir « Marin Virtuel ».

Logo de Mission Antarctique

Tous les amateurs de plein air, et particulièrement ceux qui carburent aux sports nautiques, doivent absolument visiter ce site… et tous les autres aussi!

Profitez-en pour visiter la section vidéo, qui est particulièrement remarquable.

Aucun commentaire

Nature morte

Depuis quelques années, nous pratiquons le compostage domestique. Les résultats sont étonnants: plusieurs « brouettées » de compost réalisées à chaque année, un terrain en état de revitalisation constante et une réduction spectaculaire de nos déchets. Tout ça, avec un minimum d’efforts et zéro inconvénients. Peut-on demander mieux?

Andain de compostage

Notre méthode est très simple: nous utilisons la technique de compostage en andains, en bordure du sous-bois. Quelques grosses épinettes, fournissent l’ombre et l’abri contre les grosses pluies. « Et les mauvaises odeurs? » demanderont certains. Aucune jusqu’à maintenant! Un minimum d’attention au contenu et le bon choix d’emplacement semble être la combinaison gagnante.

Depuis deux ans, nous pratiquons le compostage toute l’année durant. Auparavant, nous arrêtions cette pratique durant les mois d’hiver, mais un premier essai, l’hiver dernier, à bien montré qu’il n’y avait aucune raison de faire une pause à cause de la neige et du froid. Des informations obtenues récemment sur le site du Conseil canadien du compostage montrent que notre intuition était la bonne.

Logo Plant a row

Vous cultivez la terre ou faites un jardin? Le mouvement « Un rang pour ceux qui ont faim » saura sûrement vous intéresser. Un petit coup de pouce… vert!

Aucun commentaire

On dort comme une buche!

##NOLIGHTBOX## Si ce n’est pas déjà fait, cliquez sur le bouton pour vous joindre à cette cyberaction citoyenne. Un geste intelligent et très nécessaire pour que nos gouvernants sortent de leur léthargie.

On est fier de notre nature mais…

Aucun commentaire

Qualité de vie

Dans cette photographie, prise cet après-midi à Donnaconna, si vous pouviez retirer la clôture à neige, les clôtures de broches, les nuages de fumée (vous sentez le doux parfum?), l’énorme cheminée, et l’usine à papier sur laquelle elle pousse, en contrebas, vous pourriez vous asseoir dans le joli kiosque tout neuf et admirer les derniers rapides d’une des plus belles rivières à saumons du Québec, là où ils se jetaient dans le majestueux fleuve Saint-Laurent.

Kiosque et fumées d’usine

Ah! j’oubliais: il faudrait aussi pouvoir retirer la pancarte, à droite, dont le titre est « On travaille pour votre qualité de vie »

Aucun commentaire

L’allégorie de la grenouille

Vue sur le site Internet d’Équiterre aujourd’hui, cette petite animationUn geste à la fois!
en dit long sur notre situation écologique et sociale…

Aucun commentaire

Page suivante »