Boulots noirs

Partager ces instants où le regard sort des sentiers battus…

Archive pour la catégorie 'Faune'

Un peu perdue

tourterelle triste sous la neige

Aujourd’hui, j’ai observé cette tourterelle qui semblait un peu déroutée. La neige, arrivée soudainement et abondamment, a changé entièrement le paysage et bouleversé tous nos repères.

Aucun commentaire

La chenille

Chenille à houppes blanches

Le monde des chenilles en est un qui m’est totalement inconnu. Une courte recherche sur Internet me montre un spécimen qui ressemble beaucoup à celle-ci, photographiée chez-moi il n’y a pas longtemps. Moi, je lui trouve des airs de geisha en tenue d’apparat! Si vous pouvez m’en apprendre plus sur cette visiteuse, vos commentaires seront appréciés.

1 commentaire

À la volée

Oies des neiges en vol

Promenade à l’Ile-d’Orléans aujourd’hui; belle occasion pour observer le retour des oies des neiges.

2 commentaires

Pigeons voyageurs

Pigeons

Depuis l’antiquité, les pigeons voyageurs ont joué un rôle important dans les communications entre les humains. Grâce à eux, des guerres ont été gagnées, des complots éventés, des amoureux réunis.
De nos jours, à Hawaï, la marine américaine possède des pigeons spécialement entraînés au repérage et au sauvetage en mer. Les oiseaux, qui ont une excellente vue, sont efficaces à 90%, alors que l’homme n’atteint que 30%. » (source)

Il est cependant révolu le temps où il fallait être colombophile pour mieux savoir ce qui se passait dans le monde. Aujourd’hui, les nombreux moyens de communication qui sont mis à notre disposition devraient déjà avoir fait de notre planète ce « village global » que nous annonçait McLuhan au début des années soixante. Et pourtant, on se croirait encore souvent au moyen-âge…

Aujourd’hui, j’ai reçu un courriel auquel était attaché un de ces petits diaporamas qui circulent par millions dans le cyberespace. Généralement, ces petits montages multimédia ne transportent que de jolies images agrémentées de textes plutôt banals, que des centaines de milliers de personnes bien intentionnées s’empressent de partager avec leurs parents et leurs amis. D’autres, par contre, ont des intention beaucoup moins honnêtes et celui qui m’est parvenu ce matin m’a, une fois encore, fait monter la moutarde au nez! Intitulé « Révoltant », l’hypocrite missive visait cette fois à m’indigner face à l’islam.

L’auteur y affirme d’abord ce qui suit:

Un enfant de huit ans,
attrapé sur un marché en iran
pour avoir volé du pain,
est puni sur place publique
au nom de l’islam !!!

Son bras sera écrasé par une voiture
& il en perdra définitivement l’usage !!!

religion de paix & d’amour, disent-ils !!!
Ils veulent faire croire ça qui ???

Ce mauvais texte était suivi d’une salve de photos montrant l’action dans le détail, et se terminait par la déclaration suivante:

Quand on est capable
de faire ça à un gosse,
on ne vient pas parler
de religion de paix & d’amour !!!

Au nom de qui & de quoi
peut-on faire & laisser faire
ce genre de choses !!!

Au départ, l’absence de signature, le contenu puéril et l’avalanche de points d’exclamation auraient dû mettre la puce à l’oreille de la première personne qui a reçu ce torchon. Dans les photographies, plusieurs détails et attitudes laissent croire que le geste n’est pas aussi barbare que le laisse entendre l’auteur. On y voit par exemple, bien en évidence, un épais tissus soigneusement enroulé et disposé sous le bras du gamin; le « bourreau » voulait-il éviter que l’enfant s’égratigne le bras sur le sol? On pense évidemment à ces « tours de forces » et autres records d’un goût douteux qui font la joie des désœuvrés partout dans le monde. En y regardant de plus près, on constate aussi que les clichés portent la signature d’un photographe et le nom d’un journal ou magazine.

Une première recherche dans « Google » avec le nom du photographe, et une seconde avec l’expression « bras écrasé par une voiture », ont immédiatement confirmé mes doutes: l’auteur du message haineux avait volontairement omis de montrer le dernier cliché de la série qui montre que l’enfant est indemme.

En quelques minutes, j’ai appris que le photographe et son journal sont bien réels (Siamak Yari / Peykeiran) , et que les deux ont eu à répondre à plusieurs demandes d’informations, en provenance de personnes indignées qui avaient eux aussi reçu le maudit diaporama « révoltant »…

Révoltant, en effet, que des têtes brûlées puissent ainsi inonder la planète de messages incitant à la haine en toute impunité. Déprimant aussi de constater que des dizaines de milliers de personnes contribuent à alimenter l’intolérance et l’ignorance en disséminant ces mensonges sans réfléchir; ne réalise-t-ils pas qu’ils nourrissent ainsi la vague de peurs et de préjugés dont ils seront demain les victimes?

Si vous recevez un message dont la teneur vous laisse songeur, s’il vous plaît assurez-vous donc de la véracité de son contenu avant de le faire suivre à qui que ce soit. Ensuite, si vos recherches démontrent la fausseté des propos ou des images que vous avez reçu, n’hésitez pas à en informer immédiatement votre correspondant, en lui demandant de faire de même auprès de ses amis.

Voici deux bonnes adresses qui, au royaume de Cybérie, ferons de vous de meilleurs voyageurs… sans être des pigeons!

C’est un canular ou pas? Hoaxkiller
À qui ai-je affaire? Les six questions du cyberespace

4 commentaires

La cueillette

Sorbier des oiseleurs

C’est la première fois cette année que notre jeune sorbier des oiseleurs complète son cycle annuel de croissance. Jusqu’à maintenant, divers accidents de parcours l’avaient empêché d’arborer ses jolis grappes de fruits rouges. Maladie, insectes et chevreuils gourmands avaient tour à tour entravé ses efforts.

C’est donc avec grand plaisir que nous avons regardé ses baies tourner graduellement de l’ivoire au rouge orangé. La table était mise pour le dessert automnal de nos amis ailés.
Puis, cette semaine, les oiseaux des alentours sont venu s’y servir à plein bec. Tous ensemble, le même jour exactement, ils étaient au rendez-vous et ils ont dépouillé l’arbrisseau de tous ses fruits, ne laissant qu’une toute petite grappe au sommet de la branche maîtresse.

Les cueilleurs obéissaient à un signal dont j’ignore la nature, mais qui semble être aussi efficace qu’une pub de malbouffe sur un ado affamé!

Aucun commentaire

Maudites habitudes…

Sedum

Depuis la création de Boulots noirs, j’ai posté ici de petits messages constitués d’images et de mots. Les photographies, généralement tirées de ma vie quotidienne, s’imposent d’elle-même sans trop d’effort. Par contre, la partie textuelle me donne généralement du fil à retordre, et celui avec lequel j’essaie de relier les deux n’est pas toujours le plus facile à tirer.

Depuis un certain temps, j’ai à peine quelques minutes, par-ci par-là, pour butiner des images, alors, pour ce qui est de trouver le temps de pondre une prose qui mériterait d’être lue…
Pourquoi ne pas avoir posté des images sans commentaires plutôt que de m’absenter sans explications? Un peu par paresse, beaucoup par habitude. Jusqu’à présent, je publiais des images et des mots; je n’allais quand même pas me mettre à présenter uniquement des images… Et pourtant, le premier but de ce carnet Internet était de partager des instants photographiques!

À l’avenir, donc, il y aura des jours avec des mots et des images, et des jours avec des images sans mots; vous voilà prévenus!

Il pourrait même y avoir des jours avec des mots sans images…

2 commentaires

Frissons

Serpent Masasauga

Le massasauga est le seul serpent venimeux qui vit au Canada; il s’agit aussi d’une espèce menacée. Avant de rencontrer ce beau spécimen, nous avions lu un peu à son sujet et appris des choses assez étonnantes: il contrôle indépendamment les deux crocs qui lui servent à injecter son venin, et il décide d’injecter du venin ou pas lors d’une morsure. Selon des médecins américains, spécialistes en morsures de crotales, 60% des morsures faites aux humains seraient des morsures « sèches », le massasauga préférant conserver son poison à des fins plus utiles…

Pendant que je l’observais, son compagnon (ou sa compagne, je n’ai pas vérifié…) est passé à quelques centimètres de mes pieds pour aller le rejoindre dans l’étang. J’avoue avoir été surpris et un peu inquiet. Mais, après tout, il y a pire: j’aurais pu rencontrer un politicien ou un curé; juste de l’imaginer, j’ai ai des frissons!

5 commentaires

No escape!

Coccinelle sur un clavier

Je n’y échappe pas; l’épicondylite est un vrai « bug »…

Aucun commentaire

Visa le noir, tua le blanc

Vautour et sillage d’avion

Concurrence déloyale…

1 commentaire

Dégel

Un surplus de travail et de petits ennuis de santé m’ont tenu éloigné de la caméra depuis quelque temps. Cette semaine, je n’ai pas pu résister plus longtemps et je suis sorti faire quelques images. Aussitôt que j’ai eu mis le nez dehors, le printemps m’est entré par les yeux, le nez et les oreilles. Je sentais un grand débordement d’énergie créatrice partout autour de moi.

Rivière aux pommes

J’adore les gammes de gris, de bruns et de blancs qui caractérisent le début du printemps. Très vite ils disparaîtront sous les verts tendres et les premières touches claires des bourgeons qui feront chanter le paysage…

Herbes séches et sol enneigé

Pendant cette promenade, j’ai vu et entendu des centaines d’oiseaux. J’aurais voulu être mieux outillé pour capturer le vol excité des merles qui filaient sous mon nez, traversant en rase-motte la petite bétulais où je marchais, ou celui, calme et puissant, de ces belles bernaches, décollant d’un champ encore presque entièrement recouvert de neige.

Merle en volMerle en vol 2Envol de bernaches

1 commentaire

Page suivante »