Boulots noirs

Partager ces instants où le regard sort des sentiers battus…

Pigeons voyageurs

Pigeons

Depuis l’antiquité, les pigeons voyageurs ont joué un rôle important dans les communications entre les humains. Grâce à eux, des guerres ont été gagnées, des complots éventés, des amoureux réunis.
De nos jours, à Hawaï, la marine américaine possède des pigeons spécialement entraînés au repérage et au sauvetage en mer. Les oiseaux, qui ont une excellente vue, sont efficaces à 90%, alors que l’homme n’atteint que 30%. » (source)

Il est cependant révolu le temps où il fallait être colombophile pour mieux savoir ce qui se passait dans le monde. Aujourd’hui, les nombreux moyens de communication qui sont mis à notre disposition devraient déjà avoir fait de notre planète ce « village global » que nous annonçait McLuhan au début des années soixante. Et pourtant, on se croirait encore souvent au moyen-âge…

Aujourd’hui, j’ai reçu un courriel auquel était attaché un de ces petits diaporamas qui circulent par millions dans le cyberespace. Généralement, ces petits montages multimédia ne transportent que de jolies images agrémentées de textes plutôt banals, que des centaines de milliers de personnes bien intentionnées s’empressent de partager avec leurs parents et leurs amis. D’autres, par contre, ont des intention beaucoup moins honnêtes et celui qui m’est parvenu ce matin m’a, une fois encore, fait monter la moutarde au nez! Intitulé « Révoltant », l’hypocrite missive visait cette fois à m’indigner face à l’islam.

L’auteur y affirme d’abord ce qui suit:

Un enfant de huit ans,
attrapé sur un marché en iran
pour avoir volé du pain,
est puni sur place publique
au nom de l’islam !!!

Son bras sera écrasé par une voiture
& il en perdra définitivement l’usage !!!

religion de paix & d’amour, disent-ils !!!
Ils veulent faire croire ça qui ???

Ce mauvais texte était suivi d’une salve de photos montrant l’action dans le détail, et se terminait par la déclaration suivante:

Quand on est capable
de faire ça à un gosse,
on ne vient pas parler
de religion de paix & d’amour !!!

Au nom de qui & de quoi
peut-on faire & laisser faire
ce genre de choses !!!

Au départ, l’absence de signature, le contenu puéril et l’avalanche de points d’exclamation auraient dû mettre la puce à l’oreille de la première personne qui a reçu ce torchon. Dans les photographies, plusieurs détails et attitudes laissent croire que le geste n’est pas aussi barbare que le laisse entendre l’auteur. On y voit par exemple, bien en évidence, un épais tissus soigneusement enroulé et disposé sous le bras du gamin; le « bourreau » voulait-il éviter que l’enfant s’égratigne le bras sur le sol? On pense évidemment à ces « tours de forces » et autres records d’un goût douteux qui font la joie des désœuvrés partout dans le monde. En y regardant de plus près, on constate aussi que les clichés portent la signature d’un photographe et le nom d’un journal ou magazine.

Une première recherche dans « Google » avec le nom du photographe, et une seconde avec l’expression « bras écrasé par une voiture », ont immédiatement confirmé mes doutes: l’auteur du message haineux avait volontairement omis de montrer le dernier cliché de la série qui montre que l’enfant est indemme.

En quelques minutes, j’ai appris que le photographe et son journal sont bien réels (Siamak Yari / Peykeiran) , et que les deux ont eu à répondre à plusieurs demandes d’informations, en provenance de personnes indignées qui avaient eux aussi reçu le maudit diaporama « révoltant »…

Révoltant, en effet, que des têtes brûlées puissent ainsi inonder la planète de messages incitant à la haine en toute impunité. Déprimant aussi de constater que des dizaines de milliers de personnes contribuent à alimenter l’intolérance et l’ignorance en disséminant ces mensonges sans réfléchir; ne réalise-t-ils pas qu’ils nourrissent ainsi la vague de peurs et de préjugés dont ils seront demain les victimes?

Si vous recevez un message dont la teneur vous laisse songeur, s’il vous plaît assurez-vous donc de la véracité de son contenu avant de le faire suivre à qui que ce soit. Ensuite, si vos recherches démontrent la fausseté des propos ou des images que vous avez reçu, n’hésitez pas à en informer immédiatement votre correspondant, en lui demandant de faire de même auprès de ses amis.

Voici deux bonnes adresses qui, au royaume de Cybérie, ferons de vous de meilleurs voyageurs… sans être des pigeons!

C’est un canular ou pas? Hoaxkiller
À qui ai-je affaire? Les six questions du cyberespace

4 commentaires

Ombres pontrougeoises

Ombres en forêt

Cet après-midi, première promenade en raquettes de la saison; il y avait de très belles percées de soleil dans la forêt.

Aucun commentaire

Saint-Alban, prise deux

Escalade à Saint-Alban

C’est samedi prochain, le 27 janvier, qu’aura lieu au Parc des Chutes de Saint-Alban la deuxième édition du Challenge Millet. Un site magnifique, située dans les gorges de la rivière Sainte-Anne, avec des surplombs vertigineux, des coulées de glace étincelantes et des roches stratifiées pas toujours stables… De quoi défier les grimpeurs et ravir les spectateurs.

Tous les détails sur le site du Club de Montagne et d’Escalade de Québec

1 commentaire

Les révolutionnaires

Apple MessagePad (Newton)

Vous connaissez « Myst »? Ce jeu a littéralement révolutionné le monde du jeu vidéo lors de son lancement en septembre 1993. Il fut à l’origine d’un nouveau genre, se situant entre le jeu de réflexion et le jeu d’aventure, dont le joueur devenait l’acteur principal.

On aime ou on déteste ce jeu. Les opposants affirment qu’il s’agit d’un jeu qui manque d’action, dont le contexte et les buts sont flous, et qui exige trop de réflexion pour résoudre les énigmes. Les partisans répondent que c’est justement ce qui fait l’intérêt du jeu!

Je fais partie de ceux qui ont acheté Myst dès sa sortie, même si je ne suis absolument pas (manque de temps!) un adepte des jeux vidéos. J’avais été séduit par la grande qualité graphique du concept, qui nous immergeait totalement dans l’univers onirique de ses deux créateurs, les frères Robyn et Rand Miller.

On apprécie d’autant plus l’ingéniosité des réalisateurs, quand on connaît les outils dont ils disposaient à l’époque, pour créer Myst: Photoshop en était encore à sa version 1.0 et les ordinateurs dont disposaient les frères Miller étaient équipés de processeurs qui dépassaient à peine les 50 Mhz! Mais saviez-vous que ce jeu, qui a longtemps détenu le titre du jeu vidéo le plus vendu (14 millions d’exemplaires) a vu le jour grâce à des technologies mises de l’avant par une compagnie bien connue encore aujourd’hui pour son sens de l’innovation? Si les mots « Hypercard » et « QuickTime » vous disent quelque chose, vous aurez compris que ce n’est pas un hasard si Myst fut d’abord lancé pour la plateforme Macintosh! Suivront ensuite les versions pour Windows, et finalement les adaptations sur plusieurs consoles de jeux.

Cette semaine, la compagnie Apple fait encore la manchette avec sa dernière proposition: le iPhone. Plusieurs journalistes ont employé le mot « révolutionnaire » pour parler de ce nouveau produit. Pour ceux qui, comme moi, connaissent et utilisent les produits Apple depuis longtemps, il est facile de voir dans le iPhone la suite logique du Newton. Lancé un mois avant Myst (août 1993) cet ordinateur de poche fut, lui aussi, qualifié de « révolutionnaire ». Il n’en fut pas moins un échec sur le plan commercial. Pourtant, on admet maintenant que le Newton est l’ancêtre des assistants personnels tel qu’on les connaît aujourd’hui.…

Souhaitons à Apple que le iPhone connaisse un succès qui s’apparente davantage à celui de Myst qu’à celui du Newton.

Si vous voulez en savoir plus sur le Newton, allez lire cet article sur le blogue de Tinselman. Et pendant que vous y serez, jetez donc un œil sur sa biographie… Décidément, le monde est bien petit!

1 commentaire

L’hiver?

Remise agricole dans le brouillard

Curieux paysage dans un drôle d’hiver. Au Québec, nous n’avons pas l’habitude de pareils brouillards au mois de janvier. Ici, le début de l’hiver était habituellement froid et sec, et l’accumulation de neige suffisante pour la pratique du ski et de la raquette. Effets du réchauffement de la planète? C’est plus que possible. L’hiver dernier nous avons connu l’hiver le plus chaud de mémoire de statisticien; l’année 2007 semble vouloir nous surprendre encore plus…

2 commentaires

Lumière tamisée

Facade d’étable

Jour de brouillard en plein hiver. Lumière diffuse qui incite à regarder les choses autrement. Une sortie de deux heures à peine qui a donné de belles ébauches; j’y reviendrai dans les jours qui viennent.

Aucun commentaire

Sauvée!

Il y a un an, je vous ai dit mon inquiétude au sujet d’une jolie maison abandonnée qui risquait de disparaître dans l’indifférence générale (voir « Péril en la demeure« , 15 janvier 2006).

Maison en rénovation

Je suis heureux de pouvoir vous dire que quelqu’un a récemment pris cette affaire en main et que la belle maisonnette a encore de longues années devant elle. Solidement assise sur une nouvelle fondation et flanquée d’une nouvelle « cuisine d’été » toute neuve, il ne lui manque plus qu’un coup de pinceau et quelques enjolivures pour rivaliser avec les plus belles habitations des environs. Je vais surveiller ce chantier avec intérêt, comme vous vous en doutez bien…

Une sacré belle surprise pour commencer la nouvelle année avec le sourire!

2 commentaires

Vents doux

Vendredi, j’ai écrit à propos des vents violents qui déracinent les arbres. Aujourd´hui, je veux glisser un mot à propos de ces vents doux qui passent au-dessus de la forêt enneigée.

Se promener dans une forêt de conifères chargés de neige est un plaisir chaque fois renouvelé. Même lorsqu’il vente fort ailleurs, à l’abri des arbres la paix et le silence sont remarquables. Parfois, le promeneur touche maladroitement une branche base et un petit paquet de flocons atterrit dans le col de son manteau…

Nuage de neige scintillant au soleil

À l’heure où le soleil descend sur l’horizon, c’est dans une éclaircie, entourée de grands arbres enneigés qu’il faut s’installer pour voir les « pluies d’or ». Ces délicats frissons de neige, que les vents passagers détachent de la cime des arbres, scintillent en retombant dans la lumière du couchant. C’est un des plus beaux spectacles « sons et lumières » que la nature nous offre en hiver.

Aucun commentaire

Vents violents

Pour moi, 2006 aura été l’année des arbres déracinés par le vent.

En août dernier, en route pour aller pagayer dans la Baie Georgienne, j’ai vu des dizaines de grands arbres déracinés par le vent le long de la rivière Mattawa. Certains secteurs de la ville de Mattawa ont d’ailleurs été durement touchés et le parc Samuel de Champlain, situé non loin de là, a même dû fermer ses barrières pendant plusieurs jours pour réparer les plus gros dégâts.

Un peu partout durant notre séjour à la Baie Georgienne j’ai vu des centaines d’arbres couchés au sol par les fureurs d’Éole, et je remarque de plus en plus d’arbres déracinés lors de mes déplacements sur les routes et en forêt.

Arbre déraciné

Le 15 décembre dernier, un cyclone extra-tropical a défiguré le parc Stanley en Colombie-Britanique. « Les cicatrices de cette catastrophe seront encore visibles dans 30 ou 40 ans » déclarait cette semaine le directeur du troisième plus grand parc urbain d’Amérique du Nord.

Le 7 mars dernier, en faisant le portrait d’un grand orme de ma région (voir « Le bel arbre ») je n’imaginais pas que ces clichés seraient les derniers que je ferais de ce magnifique géant. À ma grande surprise (un orme déraciné est un fait rare) le géant a été vaincu par les grands vents au début du mois d’août; ce coin de paysage est devenu d’une banalité désolante!

Fantôme du grand orme

Dans la vallée laurentienne, religieusement, on a respecté les grands ormes qui règnent sur les grands champs. Et ils sont merveilleux à voir du sommet des collines, promener au rythme lent du soleil, sur le feutre vert des prés, sur le tapis fauve des champs moissonnés, de grands disques d’ombre, rousselés par le pelage des vaches à la sieste. Et quels superbes pied-à-terre ils offrent, les beaux ormes, pour reposer un instant les oiseaux pèlerins ! Semés dans la plaine parmi les clochers des églises, ne sont-ils pas eux aussi, des cathédrales d’autre sorte, ajourées pour la prière menue du peuple des oiseaux ?…

(Extrait de: « La chanson des ormes », Marie-Victorin, Croquis Laurentiens, Paris & Tournai, Casterman, 1920)

Aucun commentaire

La neige.

Paysage enneigé au crépuscule

Depuis quelques jours, la neige a transformé les alentours en paysage de carte postale.

Aucun commentaire

« Page précédentePage suivante »